Choisir Savoie - diagnostic du territoire
 

Choisir Savoie
DIAGNOSTIC DU TERRITOIRE
Synthèse des travaux

Méthode utilisée
Pour conduire cet exercice inédit, deux rencontres ont été organisées les 5 et 12 Décembre 2016, l’une à Annecy (25 personnes), l’autre à Chambéry (20 personnes). C’est donc près de 50 personnes qualifiées, membres de Choisir Savoie, représentant toutes les catégories socio-professionnelles qui ont réfléchi à la situation de la Savoie, territoire comprenant les départements administratifs de Savoie et de Haute Savoie 
Pour organiser et canaliser les propositions des participants, la méthode SWOT a été utilisée pour une analyse interne (forces-faiblesses) et externe (opportunités-menaces). 
Chaque participant, pour chaque thème analysé successivement, a proposé 3 idées rédigées en quelques mots sur post-it. Plus de 500 contributions ont ainsi été récoltées dont une première analyse et classement à chaud a donné lieu à un échange de points de vue.
Toutes les idées affichées ont été reprises de manière exhaustive sur papier sans distinction d’origine du membre (« savoyard » ou « haut-savoyard »). Postérieurement aux réunions, une synthèse a été proposée par 4 des animateurs de la soirée. Ces 4 synthèses intermédiaires sont utilisées pour aboutir à la synthèse ci-dessous. 

Synthèse des forces :
Commentaire d’introduction : 
Les idées présentées font apparaitre d’une manière assez évidente, trois grandes forces. Elles peuvent s’identifier ainsi : 

Force 1 : Les avantages naturels de La Savoie : 
Ils traduisent la richesse environnementale de notre territoire en termes de qualité, de notoriété, de diversité des paysages, de potentiel de richesses naturelles (énergie, or blanc), d’avantages à retirer d’une proximité géographique frontalière. 
Ces avantages naturels offrent de forts potentiels économiques. Avec un patrimoine historique et culturel remarquable, ils permettent une qualité de vie qui rend le territoire de La Savoie très attractif pour les populations, notamment celles en âge de profiter d’une retraite (« l’économie argentée ») mais pas uniquement (voir-ci-dessous). 

Force 2 : Des fondamentaux économiques solides
Ils reposent sur une économie active, diversifiée, innovante (tourisme, industrie, agro-alimentaire, services, proximité genevoise, forte capacité exportatrice, tissu dense de PME), non immédiatement sensible aux variations conjoncturelles de l’activité économique. L’offre de formation, en particulier universitaire, est parfaitement adaptée à cette diversité. La dynamique de cet écosystème, dépourvu de grande métropole, est remarquable, portée par des filières d’excellence (tourisme, usinage et mécatronique, outdoor, énergies nouvelles, image en mouvement, produits agricoles).
Ces fondamentaux économiques, associés aux atouts naturels, rendent le territoire très attractif pour une population active jeune en recherche d’activité professionnelle. Ils constituent un socle solide pour créer les conditions, à long terme, d’un maintien de l’opulence économique du territoire.  

Force 3 : L’identité savoyarde
Si les atouts naturels (Force 1) ne doivent rien à l’esprit savoyard, en revanche, les fondamentaux économiques (Force 2) sont le résultat tangible de l’esprit savoyard. Si les atouts naturels relèvent du « miracle », les fondamentaux économiques sont le résultat plein et entier de « l’esprit savoyard », de ceux qui, au fil du temps, lui ont donné une réalité. 
L’esprit savoyard représente les valeurs portées par les populations de la Savoie : esprit entrepreneurial, goût de l’effort, valeurs d’humilité et de travail, d’ambition et de frugalité. Un état d’esprit différent de l’esprit national, du fait – au regard de l’histoire - d’une appartenance récente à la communauté nationale. Au recours à la décision de l’Etat, l’esprit savoyard préfère toujours imaginer, décider et construire par lui-même. La densité d’entrepreneurs en Savoie contribue à forger cette identité.

Synthèse des faiblesses 
Commentaire d’introduction 
Trois faiblesses ressortent dont deux sont le contrepoids des forces dégagées : 
Un environnement naturel exceptionnel, mais difficile à valoriser et à préserver. 
L’absence d’une pensée savoyarde commune : « Choisir Savoie » n’existe pas encore. 
Le dernier thème est relatif à l’organisation administrative de La Savoie, perçue comme un handicap à la valorisation de notre potentiel environnemental, économique, identitaire.

Faiblesse 1 : Un environnement naturel qui s’affaiblit 
Notre environnement naturel exceptionnel porte en lui les germes de sa propre faiblesse : Il est plus facilement sensible aux phénomènes de pollution (encaissement des vallées, trafic routier transfrontalier via les deux tunnels alpins franco/italiens, chauffage domestique, densité industrielle). Avec la croissance démographique, les difficultés de déplacements restent donc réelles ; l’espace foncier disponible, plus faible qu’ailleurs en raison du relief montagneux, s’urbanise pour satisfaire des besoins de l’immobilier à caractère fortement résidentiel, peu porteurs de forte valeur ajoutée pour l’économie locale. Le tourisme, un des piliers économiques du territoire, étant très directement lié à cet environnement naturel, sa lente dégradation est à considérer.

Faiblesse 2 : L’absence/l’inexistence d’une unité de pensée « Savoie » 
Les origines en sont multiples. La division administrative de La Savoie, le manque d’ambition des élus locaux pour leur territoire, le tropisme dauphinois/lyonnais pour le département 73 ou genevois et son contingent de déséquilibres (distorsion salariale et évasion de la main d’œuvre active qualifiée, asymétrie logement/emplois) pour le département 74. Par ailleurs, l’existence géographique de « Pays de Savoie » (Maurienne, Tarentaise, Chablais, Vallée de l’Arve… etc.) renforce l’isolement culturel et l’individualisme, empêchant ainsi la création d’une unité de pensée et la projection d’une image fidèle à ce que nous sommes en réalité. (Pas de marque partagée forte) 
Ce phénomène est accentué par l’arrivée massive de nouveaux habitants (retraités et actifs) qui ignorent totalement la dimension culturelle et identitaire de la Savoie, se contentant de jouir des paysages, de la qualité de vie et des salaires suisses attractifs.

Faiblesse 3 : Une organisation administrative inadaptée 
La séparation de La Savoie en deux départements, sa présence ainsi atomisée dans la grande région « Auvergne Rhône Alpes », l’impossibilité ou la difficulté à prendre des décisions propres à l’intérêt de La Savoie, due au centralisme de l’état, sont perçus comme une faiblesse pour l’avenir. Cette incapacité à parler d’une seule voix pour agir à la mise en place d’un projet collectif, est d’autant plus pénalisante que les métropoles régionales confisquent le débat public et s’apprêtent à tirer meilleur parti de la nouvelle organisation du territoire. 

Les opportunités : 
Commentaire d’introduction
Deux axes de réflexion apparaissent : 
-    L’un qui consiste à s’appuyer sur le potentiel de La Savoie : il s’appuie sur des réalités objectives comprises de tous : la beauté fragile de notre environnement naturel et l’arrivée importante d’habitants.
-    L’autre thème de réflexion prend pour base les textes législatifs (Loi NOTRe) qui entrainent une modification administrative profonde de notre organisation territoriale. Cette modification représente une opportunité si elle est l’occasion d’un sursaut, d’une réaction de ceux qui se sentent savoyards et veulent que son originalité soit bien identifiée, développée et reconnue. 

Opportunité 1 : S’approprier les apports des nouvelles technologies (potentiel exogène) et des atouts de la Savoie (potentiel endogène) pour en faire un territoire d’excellence, identifié comme tel : 
Les nouvelles technologies du numérique et de la transition écologique doivent donner lieu à des programmes d’investissement ambitieux car ils sont particulièrement adaptés au contexte de La Savoie. 
-    Les TICE doivent favoriser le développement massif du télétravail qui est une réponse appropriée (mais pas la seule), aux difficultés de transport et de pollution. Les entrepreneurs savoyards doivent faire preuve d’innovation sociale en intégrant le télétravail comme outil d’organisation de leur entreprise.
-    Le numérique doit-être source de création d’emplois via l’émergence de nouvelles entreprises (start-up) et de modernisation continue du tissu économique dans son ensemble (entreprises et administrations).
-    Toutes les activités relevant de la transition écologique doivent devenir prépondérantes dans l’économie de La Savoie car elles sont :
o     Sources de solutions pour nos difficultés actuelles,
o     Sources de création et de valeur ajoutée. 
Plus que dans toute autre région de France, des programmes ambitieux doivent être portés dans ce domaine. 
Les atouts actuels de La Savoie (attractivité suisse, implantation de seniors, potentiel économique existant, caractère transfrontalier de notre réflexion) nous donnent les moyens économiques, l’assise financière, pour développer ces nouvelles ambitions (Numérique, transition écologique). 

Opportunité 2 : Les modifications d’organisation administrative sont l’occasion d’un réveil de l’identité savoyarde. 
Résultant de l’application de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation du Territoire de la République), elles doivent être l’occasion d’une prise de conscience des élus et des acteurs économiques et habitants de Savoie, des enjeux qu’elles représentent pour notre territoire. 
C’est aussi l’occasion idéale pour définir le rôle de La Savoie dans l’arc alpin en orientant la réflexion vers trois idées : 
-    Aboutir à un meilleur équilibre de nos relations avec le canton de Genève 
-    Se positionner et s’affirmer par rapport aux métropoles de Lyon, Grenoble et Genève
-    Réorienter l’économie de plus en plus résidentielle vers une économie productive, à plus forte valeur ajoutée. 
La richesse économique est présente, le potentiel de développement existe. 
Que faisons-nous pour que ce territoire devienne un territoire d’excellence et d’exception ? 
Aucune réponse n’est apportée, cela va de soi. En revanche, la question est posée et il nous appartient de construire la réponse. 

Les menaces
Commentaire d’introduction 
Assez logiquement, des éléments apparaissant comme des menaces sont aussi évoquées comme étant des opportunités : la loi «NOTRe», le réchauffement climatique ou l’attractivité suisse, par exemple. 
Trois grands thèmes se dégagent comme menaces : 
-    La nouvelle organisation administrative 
-    La Savoie qui serait une variable d’ajustement de l’économie suisse romande
Ces deux menaces sont d’autant plus réelles qu’elles sont portées – de manière involontaire sans doute, mais néanmoins irresponsable – par des élus qui privilégient un mode d’administration technocratique favorisant le centralisme ou qui succombent à l’illusion de la prédominance « d’un grand Genève ». 
-    Enfin le réchauffement climatique apparait comme une source d’inquiétude forte. 

Menace 1 : La nouvelle organisation administrative 
Elle est une menace car elle conduit à un relatif abandon des territoires périphériques au profit des métropoles. Dans cette nouvelle pensée unique, La Savoie est naturellement pénalisée car
-    Elle ne dispose pas de métropoles mais se trouve à distance d’influence de Lyon, Grenoble…et Genève, menacée ainsi de dilution progressive.
-    Elle est à la périphérie géographique de la grande région Auvergne Rhône Alpes
La Savoie s’expose au risque de ne plus être son propre centre de décision. 
La création parallèle d’agglomérations, de communautés de communes, crée un autre échelon de réflexion qui favorise une réflexion atomisée, segmentée, empêchant ainsi une réflexion stratégique à l’échelle de La Savoie. 
La création de « grandes régions » risque d’amener le jacobinisme français à se déplacer de l’échelle nationale à l’échelon régional. 

Menace 2 : La Savoie, variable d’ajustement de la Suisse romande 
« Je t’aime, moi non plus » : la main d’œuvre installée en Savoie travaillant en Suisse romande est indispensable à l’économie de la Savoie. Cependant, cette main d’œuvre n’est qu’une variable d’ajustement de l’économie de nos voisins. Il en résulte une menace pour l’économie de La Savoie, celle-ci étant fortement liée, quelle que soit la conjoncture, à l’économie romande. 
Le phénomène est d’autant plus dangereux que, pour satisfaire l’afflux de nouveaux habitants s’installant en Savoie afin de travailler dans les cantons romands, de très nombreux logements doivent être construits pour satisfaire la demande. Ce phénomène nous entraine naturellement vers une économie de type résidentiel plutôt que productive. 

Menace 3 : Le réchauffement climatique
Il est une menace pour l’écosystème de La Savoie, l’économie du tourisme d’hiver étant l’un des piliers de notre richesse. Le modèle économique des stations de moyenne montagne actuelles est possiblement remis en cause. Quelles sont les pistes possibles pour réduire cette menace ? Quels moyens faudra-t-il mettre en œuvre ? Les infrastructures des stations en général pourraient-elles être mieux valorisées ? 

Le groupe de travail « Choisir Savoie »
6 février 2017