Les entrepreneurs qui ont fait les Savoie
  Louis FREREJEAN
est né en 1762 et il est mort en 1832, il fut maîtres de forges avec son frère Georges. Ils sont tous deux issus d’une famille de maîtres de forges français. Louis s'associa à Théophile de Chevron-Villette pour faire « rouler » le haut fourneau de Giez et y établir un laminoir pour la tôle et le fer-blanc. Puis il acquiert en 1817 la forge de Cran-Gevrier qui devient le centre métallurgique du Royaume de Piemont-Sardaigne. Et c’est en 1819 qu’il crée la société « les forges et fonderie de Louis Frerejean et fils » qui devient en 1821, la « société des Fonderies et forges de la Loire et de l'Isère ». À la mort de Louis, le groupe d’origine lyonnaise Frerejean constitue la deuxième entreprise sidérurgique française. Ce groupe contrôle quatorze hauts fourneaux, six forges, cinq mines de fer et quatre mines de charbon. Après la disparition des deux frères Georges et Louis à quelques mois de distance, les forges Frerejean continuèrent à se développer. Elles furent dirigées par leurs fils respectifs Victor Frerejean et Benoît Frerejean.