Les entrepreneurs qui ont fait les Savoie
    Maxime VIALLET
est né en 1922 et il est mort en le 6 juin 2002. La vallée de Beaufort, en Savoie, tire un réel prestige de ses alpages bien conservés, de ses tarines, une race de vache adaptée à la montagne, et de son fromage, le beaufort, promu « prince des gruyères ». Pourtant, au milieu du XXe siècle, son agriculture de montagne, toute de subsistance, est sur le point de sombrer face au développement des productions agricoles spéculatives de la plaine. Le vieux système agropastoral, confronté aux grands travaux des barrages, à l’extension des stations de ski, se trouve en perdition et la vie permanente dans la montagne avec lui. C’est alors qu’un des plus modestes alpagistes, Maxime Viallet, militant de la Jeunesse agricole chrétienne, appelle à sauver l’activité locale par la promotion du beaufort. Il met en place une politique exigeante de qualité qui lui permet d’obtenir une appellation d’origine contrôlée, se soucie de la préservation du paysage et de l’avenir de l’agriculture de pente.
"Les alpages tirent vers le haut tout ce qui est en bas". Maxime Viallet