Les entrepreneurs qui font les Savoie
   

Yves Bontaz
est issu d’une famille très active. Son père travaille à la fois à la ferme et comme ouvrier décolleteur.

Après son certificat d’étude, Yves Bontaz réussit le concours d’entrée à l’École Nationale Professionnelle d’Horlogerie de Cluses. Il en sort major de promotion en 1957.

Il débute sa vie professionnelle chez Cotterlaz, puis chez Zédcé. En  1963, à 25 ans, il achète des machines-outils d’occasion. Ses parents l’aide en lui achetant une machine neuve, son oncle lui offre la seconde. Daniel, son frère et son père travailleront pour lui. Au début, ils travaillent à façon pour les décolleteurs locaux. Il est à la fois très bon technicien et excellent commercial. Il décroche ses commandes à Paris auprès des différents donneurs d’ordres.

Il est parmi de premiers décolleteurs à exposer au Midest à Lille en 1980. Il travaille alors avec Peugeot, Renault, Bosch, Tévès. Il commence même à livrer, dès cette époque, des sous-ensembles de freins et de moteurs. À la fin des années 80, l’artisan devenu industriel depuis quelques temps déjà, réalise 60 millions de francs de chiffre d’affaire et il emploie 100 salariés. Dans les années 1990, le bureau d’étude s’étoffe de nouveaux ingénieurs.

Trois brevets européens sont déposés pour des composants de refroidissement de moteurs. Il obtient l’homologation Qualité des constructeurs allemands en  1994. Entre-temps, il est devenu équipementier. Pragmatique, il s’installe où les constructeurs automobiles ouvrent leurs usines : en Europe de l’Est, en Asie, en Amérique latine et aussi en Amérique du Nord, en Tunisie, au Maroc. Le savoir-faire de l’entreprise reste au sein des usines de la vallée de l’Arve et l’assemblage et la livraison sont expatriés.

Homme de conviction, il impressionne par la justesse de ses décisions stratégiques. Profondément humain, il créé à Madagascar une école d’agriculture et un orphelinat. Plein d’humour, il est le principal acteur du film de Gilles Perret Ma mondialisation, même s’il n’est pas toujours en accord avec le scénario. Homme de foi, il s’engage auprès de la ville de Thyez, pour son département, pour la France et pour la liberté d’entreprendre.

Ses publications : Dehors les énarques, la société civile au pouvoir (2007) ; 
Cours sur la croissance pour N. Sarkozy - "30 mesures concrètes" (2012)  ;
M. Hollande, pourquoi chassez-vous les entrepreneurs de France ? (2012) ; 
Après les flonflons, les rêves s'envoleront ! - 60 questions à M. Hollande (2012).